Exposition

Quand la « Machine du Monde » s’emballe

par Justine Frémy
Publié le 12 novembre 2019 à 16:12 | Mise à jour le 8 novembre 2019

Le collectif artistique brésilien BijaRi présente ici des productions qui interrogent les parentés et les altérités entre le Brésil et la France. Une partie des oeuvres a été réalisée avec les habitants de Douchy-les-Mines à l’occasion de leur résidence de travail au CRP/ au printemps 2019.

Cette exposition du Centre régional de la photographie Hauts- de-France (CRP/) tire son nom du poème éponyme de l’auteur brésilien Carlos Drummond de Andrade (voir ci-contre). L’auteur y évoque son scepticisme face au développement industriel fondé sur l’exploitation minière qui dégrade le paysage de son petit village. C’est de ce constat que le collectif d’architectes, de designers et d’artistes créé à Sao Paulo en 1997, part p

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

C’est à lire Murakami, vagues déferlantes

Les ouvrages d’Haruki Murakami, régulièrement pressenti pour le prix Nobel de littérature, continuent de valoriser les vitrines des librairies. Une richesse nullement en danger de tarir.

La trilogie 1Q84, succès mondial qui se compte en millions d’exemplaires, est inspirée par (...)

Allo les riches ? Ici la Terre

Dominique Surmais proposait le vendredi 29 novembre dernier une pièce sur la notion d’argent par ceux qui n’en ont pas. Un spectacle profondément humain interprété par la compagnie TDC à l’espace culturel de la Gare à Méricourt

Henry Calet était journaliste, écrivain, homme de radio et (...)

A la Une :

Lire aussi :