Le compositeur est décédé le 7 novembre

Francis Lai : un homme et une âme

Publié le 8 novembre 2018 à 15:34

Le fameux Rimbaud d’Allain Leprest, c’est lui, côté musique. Un peu moins de deux ans après Pierre Barouh, le compositeur Francis Lai laisse une pléiade d’orphelins. Il est mort mercredi 7 novembre.

Lai, un homme beau. Un de ces géants qui fabriquent du patrimoine, ouvrier inspiré et inspirateur. Un de ces mecs « chromosomés » par la musique, grand comme un siècle. Presque. Quatre-vingt-six ans de création. Sûr qu’il composait déjà dans son liquide amniotique. « La musique c’est quelque chose d’inexplicable. C’est un thème facile à mémoriser et c’est ce que cherchait Lelouch, un thème facile à mémoriser à la première écoute », confiait-il en janvier 2017 à l’Agence France Presse, au moment du décès de Barouh, qui était un de ses plus chers amis.

Francis Lai c’est un homme et un homme : Claude Lelouch. Impossible de les dissocier. Vo

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Compañeros

Après leur libération, chacun d’entre jouera un rôle politique dans la vie démocratique de l’Uruguay avec la force intérieure qui les a animés durant leur détention

A la Une :

Lire aussi :