« Grâce à Dieu »

Parole libérée contre silence d’église

par MICHELE LOTH
Publié le 28 février 2019 à 15:23

Fiction basée sur des faits réels, Grâce à Dieu, de François Ozon, s’intéresse au silence de l’Église face aux agressions sexuelles subies par des enfants.

Lors d’une conférence de presse à Lourdes en avril 2016, le cardinal Barbarin laisse échapper une parole qui choque l’opinion publique : « La majorité des faits, grâce à Dieu, sont prescrits ». Ces « faits » sont les agressions sexuelles du prêtre Preynat contre de jeunes garçons qui, pour la plupart, n’ont pas osé mettre en cause un homme au-dessus de tout soupçon et protégé par l’Eglise en tant qu’institution.
Alexandre semble heureux, il a une situation professionnelle éta

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Compañeros

Après leur libération, chacun d’entre jouera un rôle politique dans la vie démocratique de l’Uruguay avec la force intérieure qui les a animés durant leur détention

A la Une :

Lire aussi :