« Les Estivants »

Toute ressemblance n’est pas fortuite…

par MICHELE LOTH
Publié le 7 février 2019 à 16:13

Quatrième réalisation de Valéria Bruni Tedeschi, Les Estivants laisse à sa distribution le loisir de jouer la comédie du bonheur...

« Une vie de cinéma donne un peu de sens, de lumière à la confusion, de voix à la douleur ». Telle est l’interprétation que donne Valeria Bruni Tedeschi à son film Les Estivants qu’elle présente comme une « autobiographie imaginaire ou inventée » sur des proches « embêtés, blessés ou en colère ».
La femme blessée est Anna qui veut réaliser un film sur son frère décédé à cause du SIDA avec son compagnon Lucas dans le rôle principal, mais Lucas la quitte pour une autre femme et c’est sans lui qu’elle rejoint sa famille et des amis réunis dans une grande propriété du sud de la France. Abandonnée par l’homme d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Compañeros

Après leur libération, chacun d’entre jouera un rôle politique dans la vie démocratique de l’Uruguay avec la force intérieure qui les a animés durant leur détention

A la Une :

Lire aussi :