Roubaix

La Piscine aux confins des déserts algériens

Publié le 14 mars 2019 | Mise à jour le 15 mars 2019

Le musée La Piscine (Roubaix) offre pendant trois mois ses cimaises à une monumentale vision de l’Algérie de la deuxième moitié du XIXe siècle. Une exposition rare, qui révèle cet Orient masqué par les années de colonialisme à l’heure où les Algériens rêvent à nouveau de démocratie.

Etait-il tombé amoureux de l’Algérie ? Il faut croire que oui. Mais il n’en fait pas l’éloge, la captive contrée conquise de force vit sous la coupe d’un régime militaire. Lui voit les hommes, la campagne, la vie les travaux et les jours, les femmes, les enfants, la lumière et le temps. Il ne se laisse pas enfermer dans les académismes de l’époque. Ses toiles sont déroutantes, aucune ne résume son œuvre, toutes la composent.
L’anesthésie générale des colons en pleine occupation

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Guillaumet l’Algérien

Il est enterré au cimetière de Montmartre. Il vécut, un peu, au pied de la butte. Ancrage parisien pour un homme qui laisse ses couleurs envahir les déserts. Né à Puteaux dans les Hauts-de-Seine en 1840, il consacra quasiment toute sa carrière à l’Algérie. Aux Beaux-Arts, il est l’élève de François (...)

A la Une :

Lire aussi :