Les « tableaux fantômes » de Bailleul

par Albert LAMMERTYN
Publié le 23 décembre 2018 | Mise à jour le 30 décembre 2018

En 2013, sur les murs du musée de Bailleul (Nord), Luc Hossepied, directeur de La plus petite galerie du monde [OU PRESQUE], découvre trente et un cadres dans lesquels sont exposées des descriptions d’inventaire faites en 1879 par le conservateur du musée Edouard Swynghedauw et qu’avait exhumées Laurent Guillaut en étudiant l’histoire et les collections du musée flamand, dont il préparait la renaissance.
Ces œuvres détruites en mars 1918, lors du bombardement de Bailleul, inspirent à L

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :