VIOLENCES, SUPPRESSIONS DE POSTES...

À l’école, la colère grandit

par Mathieu Hébert
Publié le 16 novembre 2018

Les enseignants manifestaient le 12 novembre. Dans une rare unité syndicale, ils dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail et les chances de réussite des élèves.

Une prof mise en joue à Créteil. Un élève tabassé et filmé devant son établissement à Fourmies... A chaque semaine, l’école fait les gros titres, plutôt à la rubrique faits divers. C’est dans ce contexte que les syndicats de l’Education nationale appelaient à la grève le 12 novembre, dans une rare unanimité.

Quand tous les syndicats de l’Education nationale appellent à la grève, c’est bien qu’il y a un malaise à l’école. Les suppressions de postes en sont l

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :