Saint-Saulve

Ascoval a besoin de temps pour rebondir

par Philippe Allienne
Publié le 20 décembre 2019 à 13:02

Difficile de s’y retrouver dans le feuilleton de la reprise d’Ascoval (Saint-Saulve) et de Hayange, en Moselle. Après sa reprise par le britannique British Steel, validée en mai dernier par le Tribunal de grande instance de Strasbourg, Ascoval vit encore en sursis pour quelques mois. La mise en faillite du groupe britannique n’a pas d’incidence puisque l’usine appartient désormais à Olympus Steel (détenu par Greybull Capital) et dont Brit

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Quand Amazon profite de la crise sanitaire

C’est un peu un climat de terreur qui règne actuellement chez Amazon, la plateforme de distribution bien connue. En cause : les mesures de sécurité contre la propagation du Covid-19 ne sont pas respectées.

Les salariés et leurs syndicats CGT, CFDT, FO et SNTLA (autonome) n’en démordent pas. La (...)

Coronavirus Le télétravail : pas pour tous !

Si les cadres peuvent se mettre au télétravail sans souci, en cette période de confinement général, il n’en va pas de même pour de très nombreux ouvriers et salariés. De grands groupes comme PSA, Renault et Bombardier ont cessé de produire et leur personnel est en chômage technique.

Ailleurs, il en va (...)

A la Une :

Coronavirus Appel au don du sang

En ces temps de crise sanitaire sans précédent, nos concitoyens malades ont toujours besoin de vos dons du sang. Malgré le confinement mis en place, les Français sont autorisés à se rendre dans l’Établissement français du sang (EFS) le plus proche de son domicile pour y donner son sang (sous réserve (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.

Afin de les remercier et leur (...)

Lire aussi :