L’effet Covid

Face à une BNP réticente, Conforama appelle à l’aide et rouvre ses magasins

Publié le 22 mai 2020 à 10:33

Lors du second semestre 2019, les magasins de Conforama étaient dans la tempête. L’enseigne qui appartient au groupe Steinhoff International à qui l’a cédée, pour 1,2 milliard d’euros à Pinault Printemps Redoute - Kering - en 2011, n’en était pas à ses premières difficultés. Un plan social avait été conclu et devait être mis en œuvre en début d’année. Il porte sur la fermeture de 32 magasins sur un total de 200 sur le territoire.

Dans le Nor

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Carambar Le déménagement qui ne passe pas

En fait de simple déménagement, les 114 salariés de l’usine Carambar&Co, à Marcq- en-Barœul, font les frais d’un PSE. Ils ne s’en laissent pas conter.
Vendredi 20 et lundi 23 novembre, l’usine Carambar&Co de Marcq- en-Baroeul était en grève à 100 %. Les salariés avaient appris, le 12 (...)

PCF Il faut sortir Vallourec des griffes de la finance

Le député du Nord, Fabien Roussel, a réagi dans un communiqué sur le plan, de suppressions d’emplois annoncé chez Vallourec et les conséquences pour les sites des Hauts-de-France.
« Encore un coup de massue pour les salariés de Vallourec et pour notre industrie ! Le fabricant français de tubes (...)

Reconfinement Les libraires entre incompréhension et agacement

Comme lors du premier confinement, les librairies ne peuvent plus recevoir la clientèle en boutique. Une situation que vit très mal l’ensemble de la profession. La déconsidération du livre comme « produit essentiel » étonne. D’autant que les pertes de chiffre d’affaires à l’approche des fêtes de fin (...)

Covid-19 À quoi joue l’Éducation nationale ?

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de (...)

Lire aussi :