CARGILL

Le combat des Cargill part sur le terrain judiciaire

Dialogue impossible

par Philippe Allienne
Publié le 17 janvier 2020 à 15:50 Mise à jour le 18 janvier 2020

Depuis l’annonce, le 21 novembre, du projet de restructuration de l’entreprise Cargill, à
Haubourdin, et la suppression de 183 postes, les salariés ne baissent pas la garde. Les
élus du Comité social et économique (CSE, à majorité CGT) ont décidé de faire appel à un
cabinet d’expertise et à l’avocat parisien Fiodor Rilov. Objectif : rechercher les véritables
explications au plan patronal et, dans un premier temps, le faire suspendre.

Ambiance tendue, vendredi
10 janvier, dans la salle du restaurant d’entreprise de Cargill.
C’est là que se tenait une
assemblée générale, à la suite d’une réunion
de préparation du plan de sauvegarde de
l’emploi (la troisième) réunie la veille entre
représentants patronaux et syndicaux.
Comme les précédentes, affirme la CGT, ce
plan n’a abouti sur rien et n’a répondu à
aucune question des salariés.

Pour cette AG, les délégués CGT avaient
invité l’avocat Fiodor Rilov et Jean-Vincent
Koster du cabinet Progexa.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous