Reprise de Camaïeu

Le fruit de la sueur et de la lutte

Publié le 21 août 2020 à 12:45

Pour les salariés de Camaïeu, la décision du tribunal de commerce de Lille a été rendue comme prévue, lundi 17 août en début de matinée. Comme prévu, mais pas en salle d’audience. Le jugement a été remis par le greffe. Il va dans leur sens.

Période de congés oblige,tout le monde ne pouvait être présent à Tourcoing (siège du tribunal). Mais une fois la décision connue, le soulagement a apaisé les syndicalistes et autres salariés. Quelques minutes plus tard, sur les pelouses ensoleillées du tribunal, Omar Rahni, représentant CGT du CSE de l’entreprise de prêt-à-porter, n’a de cesse de brandir le texte et de lire et relire ce passage :« Force est de constater que même si les fautes antérieures ne peuvent leur être reprochées, l’équipe dirigeante du Consortium (la direction de Camaïeu et trois fonds d’investissement actionnaires – ndlr) n’a pas su ou pas pu acquérir et conserver la confiance du personnel. De ce fait, la réussite du projet du Consortium apparaît trop fragile. Le Tribunal regrette amèrement la faiblesse des prix de reprise particulièrement celle de FIB qui a été qualifiée d’indécente lors des débats.
Néanmoins, l’intérêt de l’entreprise reste sa pérennité qui apparaît meilleure dans le projet FIB. Sur ce, le Tribunal ordonne la cession de l’entreprise au profit de la société Financière immobilière bordelaise (FIB) société par actions simplifiée. »
C’est acquis, si tout n’est pas gagné, c’est bien l’offre porté

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Restrictions et fermetures Le cri d’alarme des professionnels

Ils étaient environ 200, vendredi 9 octobre, devant la préfecture du Nord, à réclamer davantage de souplesse ou d’aides après le basculement de la métropole lilloise en zone d’alerte maximale. Parmi eux, on remarquait des employés ou patrons de bars, de discothèques, de salles de sport mais aussi des (...)

Tourcoing Les pompiers brûlent d’impatience

Ils étaient environ 600 pompiers lundi 12 octobre, vers 10 h du matin, à dire leur colère dans les rues de Tourcoing. Ils n’ont pas choisi la ville par hasard, c’est Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, qu’ils souhaitent interpeler face au silence de Jacques Houssin, nouveau président du Sdis (...)

Lille Le conseil municipal de Lille vote un moratoire sur la 5G

Lors du dernier conseil municipal de Lille, vendredi 9 octobre, les élus ont voté majoritairement en faveur d’un moratoire sur le déploiement de la 5G dans la ville, « au moins jusqu’à la publication du rapport de l’Anses en 2021 ». Porté par le groupe Lille en commun, durable et solidaire, ce moratoire (...)

Emploi Les communistes défendent l’emploi

« ll est inacceptable que l’argent public serve à établir des plans de licenciements. » Réagissant contre les plans de sauvegarde de l’emploi nombreux en cette période, sous prétexte ou non de crise sanitaire, le Parti communiste français a organisé des rassemblements dans près de 60 départements samedi (...)

Lire aussi :