WATTRELOS

Les grévistes bloquent l’entrepôt Jules

Publié le 5 décembre 2018 | Mise à jour le 6 décembre 2018

Les syndicats CGT, CFDT et FO d’Happychic déplorent l’absence de réelle avancée dans leurs échanges avec la direction à propos du plan social qui prévoit plus de 400 suppressions d’emplois en France.

Grève de la faim, manifestations... La mobilisation prend des formes diverses au sein du groupe de distribution Happychic (Brice, Jules, Bizzbee). «  On laissait entrer les camions. Maintenant on ne laisse plus sortir également ».

Entamé lundi 3 décembre, le blocage de l’entrepôt de la marque Jules, à Wattrelos, est désormais total. « La direction a profité de notre absence afin de faire partir la marchandise entre 19 h et 20 h. Notre réponse sera donc un blocus 24 h sur 24 h : aucune entrée, aucune sortie », avance Laurent Petit (CGT).

Une réunion de négociation était prévue mercredi 5 décembre au siège du groupe, à Roubaix. Les syndicats CGT, CFDT et FO avaient prévu de n’y envoyer chacun qu’un seul repré

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :