© Marie-Odile Bonnet
Compiègne

Les intérimaires de Manpower et la lutte des Unilever

Publié le 26 mars 2021 à 11:46

Ça chauffe pour Unilever du Meux, près de Compiègne (Oise). Le fabricant de dentifrice (marque Signal) fait face à un mouvement de grève de ses salariés qui réclament une augmentation de salaire de l’ordre de 50 euros. Or, la direction bloque sur une augmentation de 0,5 %, soit environ 10 euros. C’est sur cette base qu’elle s’est positionnée à l’occasion des négociations obligatoires dans l’entreprise. Pour le délégué CGT, David Bongard, cela frise le ridicule d’autant

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous