Ascoval, WN, General Electric, ArcelorMittal

Les mauvaises annonces pour l’industrie

par Philippe Allienne
Publié le 31 mai 2019 à 12:45

Hasard du calendrier ? Toutes ces annonces arrivent dans les journées qui suivent les élections européennes. Toujours est-il que l’heure n’est pas à la joie pour les salariés des quatre entreprises concernées.

General Electric (Belfort).

Tout commence avec l’annonce par le géant américain General Electric (GE), mardi 28 mai, d’un projet de suppression de suppression de 1044 postes sur les sites de Belfort et de Bourogne (Territoire de Belfort) et de Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine). Environ 800 emplois portent sur la production de turbines à gaz. Lorsque GE avait repris la branche énergie d’Alstom, il avait promis de créer un millier d’emplois. C’est exa

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Française des Jeux La vente des bijoux de famille

Les soubresauts libéraux frappent à la porte de l’histoire. Les bénéfices de la Loterie nationale servaient après-guerre à aider les blessés de la face, « les gueules cassées » victimes de la Première Guerre mondiale. La Française des Jeux, qui porte cet héritage, est en cours de privatisation. (...)

A la Une :

Lire aussi :