Grève des infirmières

« On ne fait plus de l’humain, on fait du chiffre »

Publié le 23 novembre 2018 | Mise à jour le 24 novembre 2018

Près de cent cinquante infirmiers diplômés d’Etat (IDE), libéraux et salariés des secteurs public et privé, ont manifesté le 20 novembre à Lille, à l’appel des principaux syndicats infirmiers de la métropole. Pierre travaille depuis sept ans en réanimation dans une clinique privée. C’est la première fois qu’il manifeste. Ses explications.

Vous vous mobilisez pour la première fois. Pourquoi ?
Avant, je découvrais le métier, j’espérais une évolution positive. Maintenant, j’ai compris qu’il ne se passera rien si on ne se mobilise pas. Avant, la qualité des soins et la réputation qui allait avec était importante pour les hôpitaux.
Maintenant, avec la tarification à l’acte, plus les pathologies sont lourdes et les patients difficiles à soigner, plus cela rapporte. Cela a participé à la détérioration de nos conditions de travail : on opère des gens quitte à

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

Creil Le ton monte avec la direction de l’hôpital

Depuis plus d’un, population, personnel et élus se battent pour empêcher le transfert de la maternité de Creil (Oise) vers Senlis. 1600 naissances environ sont enregistrées chaque année dans cet établissement de niveau III.

Les urgences de l’hôpital de Creil sont désormais engagées dans un (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :