PROTECTION DE L’ENFANCE

« On travaille en mode survie »

par Mathieu Hébert
Publié le 11 décembre 2018 à 16:33 | Mise à jour le 18 décembre 2018

Assistantes sociales, infirmières, psychologues... Les professionnels de la protection de l’enfance du Département du Nord manifestaient contre le manque de moyens à Lille ce mardi.

Les quatre collègues manifestent une couverture de survie sur les épaules. « On travaille en mode survie », explique Mathilde, qui défile avec trois de ses collègues d’une structure de proximité du Département à Anzin, près de Valenciennes.

Elles ont entre trois et dix-ans d’expérience, dans le Valenciennois comme dans la métropole lilloise. Elles ont vu leurs conditions de travail se dégrader, et avec elle le sort des enfants qu’elles accompagnent, placés sous la protection des services du Dé

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Liquidation. C’est fini pour le repreneur de Whirlpool

En redressement judiciaire depuis fin mai, l’entreprise WN vient d’être mise en liquidation par le tribunal de commerce d’Amiens. Pour les anciens de Whirlpool, la pilule est particulièrement amère.

Les 182 salariés de WN avaient beau s’y attendre, la décision du tribunal de commerce qui met le mot (...)

La course au profit contre la qualité de service ?

Antoine Paris est un Mohican. Il le sait. Il n’a pourtant qu’à peine quarante ans. « Je suis l’un des plus jeunes fonctionnaires en activité à La Poste ». Recruté en décembre 2000 par voie de concours, le dernier organisé, il est collecteur d’entreprise sur la (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :