1336

Un thé qui rime avec solidarité et liberté

par FRANCK JAKUBEK
Publié le 13 décembre 2019 à 17:39 | Mise à jour le 18 décembre 2019

Au commencement, il était une mauvaise foi. Celle d’un employeur préoccupé uniquement par le profit et la rentabilité. Chose courante vous dites-vous. Aujourd’hui, après 1 336 jours de luttes et des mois de travail collectif, Scop TI (Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions) est la seule société française proposant des thés et des infusions bios. Elle est gérée par ses salariés.

C’est à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône, qu’est basée l’entreprise. Les thés Lipton, les infusion Éléphant - à Marseille depuis 1982 -, les soupes Royco, y étaient, entre autres, fabriqués. Il y a neuf ans, le 28 septembre 2010, les salariés abasourdis apprennent la liquidation de leur usine pour transférer leur activité dans un autre pays européen. Ils n’ont rien lâché.

Face au géant Unilever, les salariés unis autou

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Cargill Haubourdin Le soutien de la métallurgie CGT

« Si vous ne luttez pas, vous n’obtiendrez rien ! » C’est ce qu’est venu dire Ludovic Bouvier aux ouvriers de Cargill Haubourdin menacés par une restructuration. Le responsable régional de l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie CGT (USTM-CGT) est venu apporter son soutien lors de (...)

RETRAITES La solidarité de classe des travailleurs belges

Porte-parole du Parti du travail de Belgique, conseiller communal à la ville de Liège et député fédéral depuis les élections législatives du 25 mai 2014, Raoul Hedebouw était présent à la manifestation du samedi 11 janvier contre le projet de réforme des retraites. Auparavant, à la Bourse du travail de Lille-Fives, il a remis un chèque de 5 000 euros pour la caisse de solidarité de la CGT. Les manifestations se sont poursuivies le 14 et 16 janvier.

CARGILL Le combat des Cargill part sur le terrain judiciaire

Depuis l’annonce, le 21 novembre, du projet de restructuration de l’entreprise Cargill, à Haubourdin, et la suppression de 183 postes, les salariés ne baissent pas la garde. Les élus du Comité social et économique (CSE, à majorité CGT) ont décidé de faire appel à un cabinet d’expertise et à l’avocat (...)

CARGILL L’expert et l’avocat

Plus que sur le terrain des luttes, de toute façon indispensable, c’est dans les bureaux et les prétoires que les salariés de Cargill entendent porter leur combat.

Le cabinet Progexa (Paris) connaît bien la SAS Cargill Haubourdin pour être déjà intervenu dans le PSE précédent. Jean-Vincent (...)

CARGILL Quatre générations à l’usine

D’abord le grand-père, puis ses oncles et son père, maintenant deux de ses fils. Pour Jean-Luc Bultez, la cinquantaine, l’usine Cargill d’Haubourdin c’est aussi une histoire de famille. Il y est entré à son retour de l’armée. Après Lever, où il fait ses stages pendant sa formation, il fait un peu (...)

A la Une :

Lire aussi :