PRÈS DE SAINT-OMER

Après la lutte, les ex-Arjo fêtent « la victoire »

par Mathieu Hébert
Publié le 13 novembre 2018 | Mise à jour le 19 novembre 2018

Le 17 novembre, les anciens salariés d’ArjoWiggins à Wizernes fêteront la relance de l’activité sur leur usine dont la fermeture était pourtant programmée. Une « victoire » qu’ils doivent à leur ténacité. Ouvert à tous.

« Si on avait baissé les bras, l’affaire serait déjà pliée  ». En 2016, deux ans après l’annonce de la fermeture de leur usine par Arjowiggins, Franck Sailliot, délégué Filpac CGT, était toujours de ceux qui se battaient pour la relance du site papetier de Wizernes, près de Saint-Omer.

Il leur aura finalement fallu 1615 jours, un peu plus de quatre ans, pour contraindre l’entreprise à céder l’usine à un repreneur. Quatre ans à bloquer toute tentative de démantèlement des machines ; quatre ans à convaincre les élus locaux

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :