ACIERS-MÉTAUX

Ascoval : la CGT pointe la responsabilité de l’Etat et des banques françaises

par Mathieu Hébert
Publié le 22 février 2019 à 15:51

Le ministère de l’Économie utilise des mots très durs à l’égard du repreneur d’Ascoval. La Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT, elle, insiste sur la « responsabilité » de l’Etat.

Le ministère de l’Économie utilise des mots très durs à l’égard du repreneur d’Ascoval. Altifort « aurait trompé tout le monde », notamment sur sa capacité à réunir les 10 millions de fonds propres promis, ainsi qu’un prêt de 25 millions d’euros auprès d’un organisme de prêt espagnol, MGI.

« Ce qui fait moins la Une », note la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT dans un communiqué publié le 22 février, « c’est le fait que la Banque de France ait dégradé la note d’Altifort, consécutivement à l’annonce de reprise d’Ascoval par Altifort, impactant les contrats d’assurance de ce dernier avec ses propres fournisseurs, le contraignant ainsi à puiser davantage dans ses fonds propres  ».

Ce qui est moins évoqué, poursuit la FTM CGT, c’est qu’aucune banque française ne participe au financement de la reprise d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :