VALENCIENNOIS

Ascoval : un sursis d’un mois

par Mathieu Hébert
Publié le 28 février 2019 à 23:00

Faute de financements, Altifort a demandé la résolution du plan de cession de l’aciérie Ascoval à Saint-Saulve. Prochaine audience au tribunal le 27 mars.

« Scandale », « claque », « coup de massue », « trahison »  : après le retrait d’Altifort du dossier Ascoval, le 21 février, les réactions étaient à la mesure des espoirs soulevés en décembre, quand le groupe franco-belge avait été désigné par la justice comme le repreneur de l’aciérie Ascoval à Saint-Saulve, près de Valenciennes.

Faute de financements, ce dernier a demandé en début de semaine quelques jours plus tôt la résolution du plan de cession de l’aciérie, « et ce afin de protéger les salariés d’Ascoval et du groupe », indiquait Altifort le 21 février.

C’est ce qu

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :