INDUSTRIE FERROVIAIRE

Chez les sous-traitants, on se regroupe

par Mathieu Hébert
Publié le 2 novembre 2018 à 14:06 | Mise à jour le 9 novembre 2018

A la demande des constructeurs, les sous-traitants de l’industrie ferroviaire se regroupent. Objectif : répondre aux grands appels d’offres, et diversifier leur activités hors secteur ferroviaire.

Comme dans l’industrie automobile avant lui, une nouvelle vague de concentration est en cours dans le secteur ferroviaire. Bureaux d’études, équipementiers ou sous-traitants, le mouvement est général. Dans le nord de la France, qui concentre la moitié des effectifs de la filière française (10 000 emplois sur 21 000), la dynamique est bien engagée.

« On aura toujours besoin de tel ou tel fournisseur local pour garder souplesse et réactivité. Mais nous avons besoins de partenaires solides financièrement, capables d’investir, d’innover et de réaliser des travaux de recherche et développement pour nous. 70 % d’un train, c’est ce qu’on achète  », explique Laurent Bouyer, président de Bombardier Transport France. « On a besoin de joueurs de haut niveau. Une PME qui ne travaille qu’à l’échelle des Hauts-de-France sera-t-elle capable de nous accompagner à Hong-Kong ou Mexico ? »

Message reçu au sein de l’Association des i

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

ASCOVAL : Coup de chauffe à Saint-Saulve

Plus qu’un feuilleton, à chaque nouvelle annonce, les coeurs des salariés d’Ascoval sont mis à rude épreuve. Dernier événement ou rebondissement en date, la main mise d’Oyak, un fonds de pension militaire turc, sur British Steel. Le groupe britannique, en faillite depuis mai dernier, est en passe de (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :