Haubourdin

Damien, Opérateur chez Cargill et en attente de son sort

par Philippe Allienne
Publié le 3 janvier 2020 à 16:44

Damien a 26 ans. Il est entré chez Cargill Haubourdin en novembre 2018. Dans un premier temps, il a travaillé durant six mois en tant qu’intérimaire avant d’être embauché en CDI. Cet opérateur a toujours trouvé l’ambiance excellente. Le rythme de travail n’y est pas pour rien. « Je travaille sept jours consécutifs et je suis en repos durant cinq jours. Quand je reprends mon poste, je retrouve la même équipe. C’est comme une petite famille. Cela crée des liens ». Mais ça, c’était avant l’annonce de la suppression de 183 postes le 21 novembre dernier. Alors depuis, comme ses collègues de la CGT, Damien ne manque aucun rassemblement ni aucune manifestat

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Cargill Haubourdin Le soutien de la métallurgie CGT

« Si vous ne luttez pas, vous n’obtiendrez rien ! » C’est ce qu’est venu dire Ludovic Bouvier aux ouvriers de Cargill Haubourdin menacés par une restructuration. Le responsable régional de l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie CGT (USTM-CGT) est venu apporter son soutien lors de (...)

CARGILL Le combat des Cargill part sur le terrain judiciaire

Depuis l’annonce, le 21 novembre, du projet de restructuration de l’entreprise Cargill, à Haubourdin, et la suppression de 183 postes, les salariés ne baissent pas la garde. Les élus du Comité social et économique (CSE, à majorité CGT) ont décidé de faire appel à un cabinet d’expertise et à l’avocat (...)

CARGILL L’expert et l’avocat

Plus que sur le terrain des luttes, de toute façon indispensable, c’est dans les bureaux et les prétoires que les salariés de Cargill entendent porter leur combat.

Le cabinet Progexa (Paris) connaît bien la SAS Cargill Haubourdin pour être déjà intervenu dans le PSE précédent. Jean-Vincent (...)

CARGILL Quatre générations à l’usine

D’abord le grand-père, puis ses oncles et son père, maintenant deux de ses fils. Pour Jean-Luc Bultez, la cinquantaine, l’usine Cargill d’Haubourdin c’est aussi une histoire de famille. Il y est entré à son retour de l’armée. Après Lever, où il fait ses stages pendant sa formation, il fait un peu (...)

A la Une :

Lire aussi :