HAUBOURDIN

Histoire d’une désindustrialisation

par Philippe Allienne
Publié le 2 décembre 2019 à 10:53 | Mise à jour le 4 décembre 2019

Jean-François avait 15 ans en 1972. Il venait d’entrer au lycée Beaupré, à Haubourdin. À cette époque, les fumées des usines rendaient le ciel souvent gris. Mais la ville était florissante.

En regardant les photos en noir et blanc des années soixante-dix, dans le local syndical de la CGT, il se remémore. C’est là que son père et son oncle venaient chaque jour d’une petite commune des Weppes pour travailler. Le premier à la Société des produits du Maïs (SPM, devenue Cerestar puis Cargill), le second à la savonnerie Lever. Près de cinquante ans plus tard, les cheminées ont presque toutes cessé de cracher leur fumée. Claude Dhédin, ex-secrétaire généra

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Municipales 2020 Choses dites

« Roubaix est une ville de centre gauche. En 2014 ce n’est pas la droite qui a gagné mais la gauche qui a échoué en partant en ordre dispersé. Nous tirons les leçons de cet échec. Le travail collectif a commencé il y a quasiment deux ans pour nous. Nous étions tous autour de la (...)

A la Une :

Lire aussi :