Béthune

L’ombre de Michelin plane sur Bridgestone

par Philippe Allienne
Publié le 2 décembre 2019 à 11:23

Les 1 000 salariés de l’usine de pneus Bridgestone, à Béthune, sont toujours dans l’expectative. Après leur refus d’un pacte de performance collective en mai dernier -qui aurait abouti à la suppression de 140 emplois et une nouvelle organisation du travail-, ils craignent pour l’avenir du site.

Le directeur de l’usine, Philippe Burnage, estime qu’il est urgent de retrouver « une stabilité opérationnelle  ». Mais depuis que la sénatrice Cathy Apourceau-Poly a été reçue, avec des représentants des salariés, au ministère de l’Industrie, l’inquiétude est de mise. Le groupe envisage de se séparer d’un site, et celui de Béthune semble le plus vulnérable. La direction l’avoue implicitement. Il plaide pour une hausse de la production de pneus, ce que l’on nomme le « ticket » au se

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Municipales 2020 Choses dites

« Roubaix est une ville de centre gauche. En 2014 ce n’est pas la droite qui a gagné mais la gauche qui a échoué en partant en ordre dispersé. Nous tirons les leçons de cet échec. Le travail collectif a commencé il y a quasiment deux ans pour nous. Nous étions tous autour de la (...)

Allo les riches ? Ici la Terre

Dominique Surmais proposait le vendredi 29 novembre dernier une pièce sur la notion d’argent par ceux qui n’en ont pas. Un spectacle profondément humain interprété par la compagnie TDC à l’espace culturel de la Gare à Méricourt

Henry Calet était journaliste, écrivain, homme de radio et (...)

A la Une :

Lire aussi :