© Jacques Kmieciak
À Stellantis Douvrin

« La direction entretient le flou de peur d’une montée de la colère »

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 14 mai 2021 à 12:01 Mise à jour le 18 mai 2021

La perspective de la fermeture de Stellantis (ex-Française de Mécanique) n’a guère entamé la combativité d’une partie du personnel. C’est désormais « vaincre ou périr ».

Dany a débuté à la Française de Mécanique (FM) en 1988. Le jeudi 6 mai dernier, il a participé au rassemblement organisé par la CGT, avec le soutien de la CFDT, devant les portes de l’usine pour entretenir l’espoir d’une poursuite de l’activité. Il n’en demeure pas moins pessimiste. « J’imaginais qu’on allait continuer encore au moins dix ans. Là, je n’y crois plus vraiment. C’est fini. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir fait des efforts depuis des années », se désole-t-il, faisant notamment référence au « gel des salaires ». Cet homme de 56 ans pourrait peut-être, l’an prochain, bénéficier d’une retraite anticipée dans le cadre d’un « plan senior ».

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous