Montataire (60)

Le site d’Arcelor menacé

Publié le 12 juin 2020 à 12:50

À Montataire, dans l’Oise, c’est un projet de fermeture d’une ligne de galvanisation d’Arcelor qui menace l’emploi d’une cinquantaine d’intérimaires et de sous-traitants. Le site emploie 500 salariés contre 1 300 il y a 20 ans. Le maire de la ville, Jean-Pierre Bosino, ne croit pas un instant au discours patronal qui parle non de « fermeture » mais de « mise sous cocon », c’est-à-dire d’une suspension de l’activité en attendant le besoin éventuel d’un redémarrage.
Pour lui, Montataire a suffisamment souffert d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Covid-19 À quoi joue l’Éducation nationale ?

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de (...)

La chronique d’Éric Bocquet Technocratie... démocratie ?

On entend régulièrement dans les débats des gens mettre en cause la technocratie, les technocrates, les technos...
En cherchant dans le Grand Robert (cher au regretté Alain Rey) la définition du mot technocratie, on lit ceci : « Exercice, dans le domaine de l’économie, de l’industrie et du (...)

culture La chasse, oui, les livres, non !

Les conditions de ce reconfinement ne cessent de nous étonner. En pleine saison de chasse, le gouvernement a décidé d’autoriser des dérogations de déplacement pour que les chasseurs puissent continuer à exercer cette activité « essentielle ». En revanche, quand les libraires et leurs syndicats (...)

ArcelorMittal Gare à une double deuxième vague !

Face à un affaiblissement de la mobilisation, la CGT a décidé une pause dans le mouvement social qui secoue ArcelorMittal depuis le 7 octobre.
« Si rien ne vient, s’il n’y a pas d’avancées concrètes et mesurables, les directions s’exposent, comme dans cette crise sanitaire, à une deuxième vague. » (...)

Lire aussi :