Béthune

Les ordonnances Macron à l’assaut des salariés de Bridgestone

par Philippe Allienne
Publié le 20 avril 2019 à 22:31

La table ronde réclamée au préfet du Pas-de-Calais par la sénatrice Cathy Apourceau et les salariés de Bridgestone s’est bien tenue le 5 avril. Mais grâce aux ordonnances Macron, les salariés risquent de se voir imposer un accord scélérat de productivité

« Lorsqu’un accord ne recueille pas la majorité nécessaire mais est signé quand même, les organisations syndicales signataires peuvent demander un référendum. A défaut, c’est la direction elle-même qui peut le faire ». Me Stéphane Ducrocq, avocat de l’intersyndicale de l’entreprise béthunoise de pneumatiques Bridgestone commente ainsi la situation qui prévaut actuellement sur le site.

On sait que la direction souhaite mettre en œuvre un accord de performance collective (APC). Appelé "Accord Vision 2021", il vise à modifier l’organisation du travail en permettant un passage des équipes de 5 x 8 à 4 x 8. Cela veut dire que quatre équipes de 140 personnes assureront la rotation de l’usine 24 heures sur 24 et toute la sem

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :