Mazingarbe

Les salariés de Maxam Tan se sentent abandonnés et crient au danger

par Philippe Allienne
Publié le 26 février 2021 à 10:41

Depuis que le repreneur potentiel, le géant d’explosifs Titanobel, a retiré son offre de reprise de Maxam Tan, l’usine de fabrication d’ammoniac et de nitrate d’ammonium, les salariés vivent un cruel sentiment d’oubli et d’injustice. Ils évoquent aussi un risque grave pour eux et la population.

Rappelant que l’on a affaire à des salariés sérieux, responsables et conscients de leurs responsabilités vis-à-vis de la population, elle Jusqu’en décembre, les autorités préfectorales jouaient le jeu classique de l’accompagnement de repreneurs potentiels et des 73 salariés du site. Ces derniers n’avaient apparemment rien à craindre. L’entreprise avait déposé le bilan et invoquait une insuffisance de rentabilité. Mais après le retrait de l’offre de Titanobel, le 3 déce

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous