183 postes supprimés chez Cargill Haubourdin

« Mettez des visages sur vos chiffres ! »

par Philippe Allienne
Publié le 2 décembre 2019 à 10:30 | Mise à jour le 4 décembre 2019

Présente à Haubourdin depuis 1856, la société des produits du maïs, devenue Cerestar puis rachetée par l’Américain Cargill, est gravement menacée. La direction parle de « repositionnement ». Mais les salariés ont beaucoup de peine à avaler la pilule : 183 postes seront supprimés en 2020.

La nouvelle est tombée avec une immense brutalité. « Nous nous attendions à quelque chose, mais certainement pas à ce point  » avoue Dorian Valois, secrétaire du syndicat CGT. Pourtant, apprendront plus tard les salariés, le plan de restructuration se préparait depuis un an. Jeudi 21 novembre en milieu de journée, ils ont vu arriver des vigiles tandis que l’on procédait au retrait des véhicules des cadres sur le parking.

« À 12h30, raconte Dorian Valois, la direction arrive du siège, entourée de gardes du corps. Très vite, la nouvelle va tomber. L’usine serait déficitaire depuis plusieurs années (cinq ans, assure la direction) ». On leur explique qu’il faut « se repositionner ». En clair, Cargill Haubourdi

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Municipales 2020 Choses dites

« Roubaix est une ville de centre gauche. En 2014 ce n’est pas la droite qui a gagné mais la gauche qui a échoué en partant en ordre dispersé. Nous tirons les leçons de cet échec. Le travail collectif a commencé il y a quasiment deux ans pour nous. Nous étions tous autour de la (...)

A la Une :

Lire aussi :