Dossier Industrie

Sale temps pour l’industrie

par Philippe Allienne
Publié le 21 juin 2019 à 13:42 | Mise à jour le 25 juin 2019

Un vent mauvais souffle sur l’industrie. A Belfort, le géant américain General Electric qui avait repris la branche énergie d’Alstom annonce un plan de 1044 suppressions de postes et l’arrêt de production de turbines à gaz.

On est loin de la création promise de 1000 emplois. La loi Florange de 2014 visait à « redonner des perspectives à l’économie réelle et à l’emploi industriel » . Aujourd’hui, celui qui en était à l’origine, Arnaud de Montebourg s’est reconverti dans l’apiculture façon start up et avoue, sur les ondes de Radio France, qu’il ne s’agissait pas du tout d’une loi coercitive. Plus clairement, elle n’a jamais eu de caractère obligatoire. Alors, elle s’est peu appliquée. L’avocat Fiodor Rilov préfère parler de communication.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

AISNE. L’acharnement prend de l’ampleur

Ondulys est une entreprise spécialisée dans la cartonnerie implantée sur la zone industrielle de Rouvroy, près de Saint-Quentin dans l’Aisne. Ses dirigeants, avec l’appui implicite de la CFDT, multiplie les actes de répression syndicale vers les militants de la CGT. Nouvel épisode alarmant dans cette (...)

ASCOVAL : Coup de chauffe à Saint-Saulve

Plus qu’un feuilleton, à chaque nouvelle annonce, les coeurs des salariés d’Ascoval sont mis à rude épreuve. Dernier événement ou rebondissement en date, la main mise d’Oyak, un fonds de pension militaire turc, sur British Steel. Le groupe britannique, en faillite depuis mai dernier, est en passe de (...)

A la Une :

Lire aussi :