Dossier Industrie

Sale temps pour l’industrie

par Philippe Allienne
Publié le 21 juin 2019 à 13:42 | Mise à jour le 25 juin 2019

Un vent mauvais souffle sur l’industrie. A Belfort, le géant américain General Electric qui avait repris la branche énergie d’Alstom annonce un plan de 1044 suppressions de postes et l’arrêt de production de turbines à gaz.

On est loin de la création promise de 1000 emplois. La loi Florange de 2014 visait à « redonner des perspectives à l’économie réelle et à l’emploi industriel » . Aujourd’hui, celui qui en était à l’origine, Arnaud de Montebourg s’est reconverti dans l’apiculture façon start up et avoue, sur les ondes de Radio France, qu’il ne s’agissait pas du tout d’une loi coercitive. Plus clairement, elle n’a jamais eu de caractère obligatoire. Alors, elle s’est peu appliquée. L’avocat Fiodor Rilov préfère parler de communication.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Arjowiggins : À Wizernes la lutte a payé

À Bessé-sur-Braye, dans la Sarthe, la papeterie Arjowiggins a écrit le mot « Fin ». La liquidation a été prononcée en mars. Les syndicats ne désarment cependant pas. Ils croient en la possibilité d’un redémarrage et veulent une mesure de nationalisation temporaire du site.

Les syndicats ont fait (...)

My Deseilles : la rechute

Le dentellier calaisien Deseilles Laces avait déposé le bilan en janvier 2016 et l’entreprise avait été liquidée début mars de la même année avec poursuite d’activité. Sur les trois candidats repreneurs qui se sont présentés, c’est le groupe chinois Hangzhou Yongshen Holding qui (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :