Emploi

Tout n’est pas réglé pour British Steel Saint Saulve

par Philippe Allienne
Publié le 27 juillet 2019 à 13:54

Le tribunal de grande instance de Strasbourg a accepté, mercredi 27 juillet, le plan de reprise d’Ascoval. Les salariés demeurent cependant vigilants et réclament la modification de l’outil de production et de meilleures conditions de travail.

Dans un communiqué triomphant, British Steel Saint Saulve (B3S) annonce être « désormais pleinement opérationnelle ». En acceptant la demande introduite par Olympus Steel Limited et British Steel Saint Saulve de modification du plan de cession arrêté le 2 mai 2019 dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire d’Ascoval, le tribunal de Strasbourg permet ainsi le déblocage des financements et le lancement des gros investissements. Il faut en effet rappeler qu’Olympus Steel, actionnaire de B3S, et les banques priv

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Martha Desrumaux Une campagne nationale

Qui aurait pu croire que Martha Desrumaux, aurait un jour à son nom un espace public à Paris et un collège à Lille ? De 1897 à 1982, elle connaît les souffrances, les angoisses, la répression et aussi les espoirs des femmes engagées dans la CGT et au Parti communiste. Retour sur le parcours de cette (...)

Dur pour les ministres Soutenus mollement par leurs syndicats

D’autant que même le souple syndicat CFDT de la police demande à voir et attend des garanties.

Mais on garde le pompon pour l’Unsa éducation Hauts-de-France, fédération majoritaire de l’académie de Lille (c’est eux qui le disent), qui s’est fendu d’un communiqué le 5, jour de grève. Si vite écrit que (...)

A la Une :

Lire aussi :