Fabien Roussel :

« Un plan qui mise tout sur l’électrique ne peut être suffisant »

Publié le 29 mai 2020 à 16:08

Le plan pour l’automobile présenté par le Président de la République mise tout sur l’électrique. Si cela répond en partie à l’objectif que notre pays doit tenir en matière d’émission de CO2, il ne peut être suffisant, d’autant que la production de véhicules électriques mobilise beaucoup moins de salarié·es.
En maintenant la production existante de véhicules électriques et en se fixant l’objectif de produire un million de véhicules propres supplémentaires d’ici cinq ans, le président prend un engagement important mais qui ne suffira ni à maintenir les emplois, ni à relancer la filière automobile, ni à répondre à la demande de nos concitoyens.
Car la production de véhicules électriques mobilise beaucoup moins de salarié·es. Le plan du président ne doit pas conduire à liquider la production de véhicules thermiques en France. Au contraire, relancer la filière automobile c’est aussi rapatrier en France la production des Dacia, Clio et autres citadines que nos concitoyen·nes affectionnent particulièrement et qui sont produites à l’étranger.
De plus, les Français·es veulent pouvoir acheter des véhicules propres, accessibles à leur porte-monnaie et à faible émission de CO2. Renault devrait à ce titre lancer la production de l’AV3, citadine 100 % électrique à moins de 15 000 euros. Ne misons pas tout sur les SUV et autres grosses voitures quand bien même elles seraient électriques. Nous voulons des voitures propres, peu chères et populaires. Les primes c’est bien, augmenter les salaires et le pouvoir d’achat, c’est incontournable !
Relancer la filière automobile, c’est aussi maintenir les sites existants et actuellement menacés dont ceux de Renault à Maubeuge, Dieppe, Choisy-Le-Roy, Caudan. Les cinq milliards d’aides publiques attribuées à Renault doivent être conditionnés au maintien de ces sites et à zéro suppression d’emplois.
Enfin, ne mettons pas tous nos œufs dans le même panier. Continuons d’investir dans la recherche en matière de véhicules électriques hydrogènes mais aussi thermiques pour conserver les savoir-faire dans tous ces domaines.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Prêt de salariés PSA recule... un peu

Une fois n’est pas coutume, la ministre du Travail Muriel Pénicaud n’est pas restée de marbre devant les revendications des syndicats et de la CGT en particulier. Devant la levée de boucliers qu’a suscité l’annonce par PSA de faire venir à l’usine d’Hordain 531 salariés polonais, elle est (...)

Montataire (60) Le site d’Arcelor menacé

À Montataire, dans l’Oise, c’est un projet de fermeture d’une ligne de galvanisation d’Arcelor qui menace l’emploi d’une cinquantaine d’intérimaires et de sous-traitants. Le site emploie 500 salariés contre 1 300 il y a 20 ans. Le maire de la ville, Jean-Pierre Bosino, ne croit pas un instant au (...)

A la Une :

Vote par procuration : mode d’emploi

Un électeur absent ou empêché peut choisir un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote. Ils doivent être inscrits sur les listes électorales dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. Il faut se rendre au tribunal judiciaire ou de proximité, au (...)

Lire aussi :