La mobilisation se prépare pour le service public postal

Facteur c’est l’avenir

par FRANCK JAKUBEK
Publié le 28 juin 2019 à 19:33

La Poste veut-elle la fin du métier de facteur ? La question est grave. Elle est posée par la CGT. Nous sommes allés à la rencontre de certains d’entre eux, jeunes, motivés, pleins de sagesse et investis dans leur métier. Ils nous parlent de leurs attentes, de leurs quotidiens, de leur passion. Car, avant tout, leur métier est ressenti comme une mission, une mission de service public. Au service de tous, sans distinctions, c’est ce qui a fait la réputation de La Poste française.

Le facteur, celui qui nous apporte bonnes et mauvaises nouvelles, factures ou (trop rares) cadeaux, le compagnon implicite du quotidien de tant de nos concitoyens, est-il vraiment voué à disparaître ? Ceux que nous avons rencontrés ne l’envisagent pas. Nous non plus. Nous avons tous en tête, un Déodat, dans La Jument verte (Claude Autant-Lara, 1959), arrivant toujours à point sur son fidèle destrier, pardon, deux roues. Et l’image de Jacques Tati da

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Mon facteur La qualité du service avant tout

Vincent Rogeaux a trente-cinq ans. Facteur sur le bureau d’Hellemmes, il assure six jours sur sept la tournée sur la commune de Lezennes. Il constate des changements importants dans l’évolution de son métier. Et nous livre le détail de ses journées au service des usagers. Un terme qu’il préfère (...)

La Poste veut faire disparaître les facteurs

Trois questions à Pascal Gaillet, secrétaire général du syndicat départemental du Nord de la fédération des activités postales et de télécommunications (FAPT-CGT).

Comment envisagez-vous les transformations en cours à La Poste ?

La direction de La Poste est en train de transformer nos services (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :