Projet de démantèlement d’EDF

« Hercule, on n’en veut pas ! »

Publié le 12 février 2021 à 12:22

Depuis sa présentation en 2019, le projet Hercule, qui prévoit la réorganisation d’EDF, fait face à une mobilisation des organisations syndicales des industries électriques et gazières, d’une partie de la classe politique, dont de nombreux parlementaires et élus locaux, sans compter l’hostilité des associations de consommateurs. Pour eux, le démantèlement n’est pas une fatalité et doit être stoppé. Retour sur les enjeux.

« Qui veut la mort d’EDF ? », « EDF, la mort en face », « EDF, la réforme impossible ? », « Réforme d’EDF : le gouvernement n’a pas la certitude de parvenir à un accord avec Bruxelles »... Ces dernières semaines et ces derniers jours les titres de la presse, toutes tendances confondues (ici Le Monde diplomatique, Transition et Énergie, Les Échos, Le Figaro) posent à longueur de colonnes la question du projet « Hercule ». Il faut dire que cinq jours de grève des salariés d’EDF, depuis novembre, et les auditions de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le 4 février devant la commission économique de l’Assemblée nationale, puis celle du PDG d’EDF lui-même, Jean-Bernard Lévy,

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous