La mobilisation se poursuit contre les réformes de l’enseignement

Publié le 25 janvier 2019

Lycéens et personnels manifestaient à Lille ce jeudi 24 janvier dans le cadre d’une journée nationale de grève.

Lycéens et personnels manifestaient à Lille ce jeudi 24 janvier dans le cadre d’une journée nationale de grève à l’appel de leurs organisations syndicales [1] pour « 
le retrait de la réforme des lycées, du baccalauréat et de Parcoursup, l’abandon du projet de service national universel, l’arrêt des suppressions de postes et la création des postes nécessaires à la réussite des élèves, l’augmentation des salaires ».

Les réformes « vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements » alors que la prochaine rentrée se fera avec plus d’élèves et moins d’enseignants dans le second degré, souligne la FSU Nord. Le baccalauréat avec contrôle continu va se transformer en diplôme local. Dans l’enseignement professionnel, la réduction des horaires des disciplines générales « pénalisera les élèves et compromettra la poursuite de leurs études ».

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Action et Démocratie, CGT Éduc ’action et SNEIP-CGT, CNT, SNES, SNEP, SNUEP, SNETAP de la FSU, Sud Éducation et Sundep-Solidaires, SNCL FAEN du second degré et de l’organisation lycéenne UNL

Mots clés :

école CGT FSU

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :