Du côté de la Belgique

Publié le 11 septembre 2020 à 14:46

> Stephen O’Brien, médecin généraliste à Bruxelles

Membre du mouvement « La santé en Lutte », Stephen O’Brien déplore la marchandisation des soins et la recherche des économies à tout prix. « Cela vaut dans tous les domaines et toutes les structures de la santé, dit-il. Après un accouchement, par exemple, une femme rentre chez elle après 2,5 jours au lieu de 4 à 5 auparavant. En maison de repos, l’alimentation elle-même est concernée avec 3,5 euros par repas. C’est de la maltraitance. » Il se félicite de pouvoir encore, en médecine générale, consacrer 30 minutes pour une consultation. « Je ne voudrais pas que ce temps soit réduit. Mais l’hôpital ne va pas dans le bon sens. Les managers ont pour mission de diminuer les coûts au détriment de la qualité. »

> Adèle Fège, sage-femme à Bruxelles

Elle aussi est membre de « La santé en lutte », en Belgique. « Chez nous, explique-t-elle, les choses se passent très différemment d’en France. Tout est plus compliqué en raison de son organisation : un État fédéral, des Communautés et des Régions. Il y a eu une grève à l’hôpital public en mars 2019 pour les conditions de travail, les urgences et les soins intensifs. Le secteur privé s’y est joint avec le mouvement des blouses blanches. C’était la première grève depuis 1989. Une autre était prévue en mars de cette année, mais la crise sanitaire a tout bloqué. » C’est partie remise pour le 13 septembre à Bruxelles avec une manifestation qui réunira infirmiers, sages-femmes, médecins, mais aussi personnel d’entretien et usagers.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Talon de Fer Macron : l’hypocrisie sanitaire

La politique sanitaire actuelle n’est pas aussi incohérente qu’elle en a l’air. Les avis contradictoires des scientifiques complaisamment étalés dans les médias, les files devant les labos pour se faire tester, les résultats qui prennent des jours, l’absence de contrôle dans les autoconfinements, tout (...)

Edito par Simon Agnoletti Déjà vu

Mercredi, 19h30, Olivier Véran se retrouve derrière le pupitre. Soudain une impression de déjà vu nous envahit. Comme le sentiment d’avoir déjà vécu cette scène, comme quand Néo dans Matrix voit passer deux fois le chat dans une cage d’escalier ou quand, éveillé, vous avez l’impression d’avoir (...)

Lire aussi :