Le service public se meurt

La course vers une médecine à deux vitesses

AU NOM DU FRIC

par Philippe Allienne
Publié le 18 octobre 2019 à 16:06

« Ça va durer ». Aide-soignant et ambulancier au SMUR de Tourcoing, Kamel Assadi (CGT) ne voit pas d’issue rapide pour le problème que rencontre la maternité du centre hospitalier Dron. On sait que l’on ne peut plus y accoucher faute de praticiens suffisants au service gynécologie. Sur les trois qui restaient, deux sont partis en congés maladie, aggravant une hémorragie du service qui avait déjà subi des départs. C’est d’ailleurs

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :