Santé

Le futur hôpital de Lens est sur les rails

Mais tout n’est pas gagné

par Philippe Allienne
Publié le 24 janvier 2020 à 12:43

Le nouvel hôpital de Lens faisait figure d’Arlésienne. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient de valider sa réalisation. C’est une bonne nouvelle assortie d’une rallonge de 90 millions d’euros. Pour autant, il reste de nombreuses questions.

La sénatrice communiste Cathy Apourceau-Poly ne cache pas sa satisfaction. La lettre d’engagement d’Agnès Buzyn, parvenue le 16 janvier, est pour elle « une belle et grande victoire, fruit de la mobilisation de l’ensemble des personnels, des syndicats, de la population et des élus », déclare-t-elle à notre confrère La Voix du Nord. Elle, qui n’a pas ménagé ses efforts pour obtenir le feu vert permettant la construction du futur hôpital, et pour fédérer les élus, rend hommage à Sylvain Robert, maire socialiste de Lens et président de l’agglomération, pour sa détermination dans ce combat. Pour sa part, le prés

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Centre hospitalier de Wattrelos Les urgences en péril

Le syndicat CGT de l’hôpital de Wattrelos appelle à un rassemblement du personnel hospitalier vendredi 13 mars, jour de la réunion du conseil de surveillance de l’établissement. En question : l’avenir du service des urgences.

La CGT craint à nouveau une liquidation du service des urgences de l’hôpital (...)

La commune est l’affaire de tous

La plus petite des subdivisions administratives est le principal lieu d’exercice de la démocratie. Là où nous vivons, le choix du conseil communal détermine la gestion de notre quotidien, de la naissance à la mort.

Le maire et son conseil déterminent aussi une politique et font des (...)

Lubrizol au Sénat

Quatre mois après l’incendie de Lubrizol, les auditions concernant cette affaire se poursuivent au Sénat. André Picot, président de l’association Toxicologie-Chimie (ATC), assure que l’amiante s’est bien dispersée lors de l’incendie de Lubrizol. « Il y avait un toit en fibrociment. Il est retombé en (...)

A la Une :

Lire aussi :