ArcelorMittal

Ça barde pour les salaires

Publié le 20 décembre 2019 à 13:35 Mise à jour le 13 octobre 2020

Chez le sidérurgiste ArcelorMittal, les négociations annuelles sur les salaires (une étape obligatoire) coincent et provoquent la colère de la CGT. Un mouvement de grève a débuté le 9 décembre.

Branle-bas de combat lundi 16 décembre devant les grands bureaux d’ArcelorMittal (Grande-Synthe). Les salariés des unités de Dunkerque et de Mardyck interdisent le passage des véhicules. En cause : les négociations annuelles sur les salaires (NAO) en cours de discussion au siège de Reims. Alors que la CGT demande une hausse salariale de 4 %, avec un minimum de 100 euros, la direction traîne les pieds ou plutôt, freine des quatre fers.
Après avoir proposé 0,7 % sans talon (le m

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous