© Marc Dubois
Ferroviaire

Ouverture à la concurrence ou à la précarisation ?

par Reyhan Unlu et Joseph Dubois
Publié le 18 juin 2021 à 13:28

Dans la matinée du 14 juin, les cheminots, à l’appel de la CGT, se sont réunis devant le conseil régional des Hauts-de-France, à Lille, afin d’exprimer leur opposition face au projet d’ouverture à la concurrence du marché ferroviaire.

« Le président du conseil régional doit entendre la colère des cheminots et des usagers » s’indigne Dominique Sens, responsable régional de la CGT cheminots. En effet, l’ouverture à la concurrence de plusieurs lignes SNCF en Hauts-de-France attire les foudres des cheminots qui ont déjà vu 1 000 emplois supprimés en quelques années depuis la promulgation en 2019 de la loi d’orientation des mobilités, dite « loi LOM  ». Alors que la Région Hauts- de-France a déjà lancé l’ouverture à la concurrence de trois lignes (l’étoile d’Amiens, l’étoile

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous