À Malines, l’antichambre d’Auschwitz

Publié le 20 juillet 2018 à 12:32 | Mise à jour le 8 décembre 2018

L’historienne Laurence Schram révèle un pan d’histoire méconnu avec son étude sur la caserne Dossin, à Malines (Belgique), lieu de transit vers Auschwitz-Birkenau des déportés juifs et tsiganes du Nord et du Pas-de-Calais.

La recherche que Laurence Schram a entreprise voici plus de vingt ans sur le SS-Sammellager für Juden [camp SS de rassemblement pour les Juifs] de Malines, c’est-à-dire la Kazerne Dossin, est enfin accessible au grand public. Cet ouvrage permet de combler un vide historiographique et mémoriel sur la déportation raciale à partir de la Belgique.
Dans L’antichambre d’Auschwitz – Dossin, Laurence Schram traite de l’histoire d’un camp de rassemblement méconnu en Belgique, mais encore plus dans le Nord de la France. Or, les Juifs et les Tsiganes arrêtés dans notre région ont transité pa

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

UN SIECLE D’IMMIGRATION POLONAISE Une histoire ouvrière

Novembre 1918. La Pologne recouvre son indépendance après 123 années d’occupation. Incapable de mener à terme la réforme agraire tant espérée, le pays, confronté au surpeuplement des campagnes, s’enfonce dans la misère. La petite paysannerie est contrainte à l’émigration vécue comme une « honte » par une (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :