GRÈVE DES MINEURS DE 1948

Après la répression, des familles marquées à vie

par Jacques Kmieciak
Publié le 4 décembre 2018 | Mise à jour le 20 décembre 2018

La terrible répression qui s’abat sur les grévistes de 1948 n’épargne pas les anciens résistants au nazisme tel le délégué-mineur Joseph Coffre de Calonne-Ricouart. Un traumatisme pour ses proches.

En 1948, la Justice n’hésite pas à jeter en prison des grévistes qui se sont élevés contre l’occupant nazi et ses alliés vichystes quelques années auparavant. C’est la mésaventure vécue par Joseph Coffre (1900-1988), un ancien des Francs-tireurs et partisans (FTP). « Il a, pendant la guerre, mené des actions de résistance dans le Boulonnais et le Bassin minier  », souligne Marcel Coffre, son petit-fils et actuel maire de Marles-les-Mines. Arrêté, Joseph Coffre est incarcéré à la prison Saint-Nicaise d’Arras. Il est condamné en juillet 1942 à deux ans de prison

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :