GRÈVE DES MINEURS DE 1948

Après la répression, des familles marquées à vie

par Jacques Kmieciak
Publié le 4 décembre 2018 | Mise à jour le 6 décembre 2018

La terrible répression qui s’abat sur les grévistes de 1948 n’épargne pas les anciens résistants au nazisme tel le délégué-mineur Joseph Coffre de Calonne-Ricouart. Un traumatisme pour ses proches.

En 1948, la Justice n’hésite pas à jeter en prison des grévistes qui se sont élevés contre l’occupant nazi et ses alliés vichystes quelques années auparavant. C’est la mésaventure vécue par Joseph Coffre (1900-1988), un ancien des Francs-tireurs et partisans (FTP). « Il a, pendant la guerre, mené des actions de résistance dans le Boulonnais et le Bassin minier  », souligne Marcel Coffre, son petit-fils et actuel maire de Marles-les-Mines. Arrêté, Joseph Coffre est incarcéré à la prison Saint-Nicaise d’Arras. Il est condamné en juillet 1942 à deux ans de prison

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :