Histoire

En 1948, les mineurs défendaient leur honneur et leur droit de vivre

par PIERRE OUTTERYCK
Publié le 9 novembre 2018 | Mise à jour le 13 novembre 2018

Les années 1947-1948 sont marquées par un retournement des alliances nouées contre l’extrême droite fasciste ; c’est le début de « la guerre froide ». Le gouvernement français, dirigé par la SFIO, veut mener une lutte sans merci contre les conquêtes démocratiques, les conquis sociaux et la place occupée par les syndicats. Dès décembre 1947, il renforce fortement son appareil de répression sur les plans policier et juridique.

En septembre 1948, le ministre du Travail, Robert Lacoste, promulgue trois décrets visant les mineurs, bien qu’ils aient joué un très rôle important dans la Résistance populaire, qu’ils se soient mobilisés sans compter pour accroître la production de charbon, « pain de l’industrie » ! Robert Lacoste veut licencier 10 % du personnel, réduire fortement le rôle des syndicats dans les commissions paritaires, et remettre sous la coupe des Charbonnages de France les médecins des min

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :