EN PÉVÈLE

Janvier Courtecuisse, paysan et résistant

Publié le 15 décembre 2017 | Mise à jour le 8 décembre 2018

A Templeuve, une rue porte son nom. Mais bien peu savent le rôle important que Janvier Courtecuisse, modeste paysan et militant communiste, joua dans la lutte contre le nazisme. Entretien avec l’historienne Monique Heddebaut.

Comment expliquer l’engagement de Janvier Courtecuisse ?
Ce paysan à la tête d’une modeste exploitation ne s’en est guère expliqué : c’était un « taiseux ». C’était un homme cultivé qui lisait beaucoup. Et s’il a été le dernier à Templeuve à utiliser des bœufs pour la culture, il a été le premier à avoir la télé. Il a rompu avec l’Eglise catholique, ainsi que sa famille, tout en restant un homme de dialogue. Né en 1875, il n’a pas été mobilisé pendant la Grande Guerre pour des raisons médicales. Resté à Te

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :