La vie errante de Tomasz Olszanski

par Jacques Kmieciak
Publié le 6 septembre 2019 à 17:09

Il est l’une des figures emblématiques du syndicalisme polonais.

D’origine paysanne pauvre, Tomasz voit le jour en novembre 1886 en Galicie, au cœur d’un territoire polonais administré par l’empire austro-hongrois. A 20 ans, chassé par la misère, il fait le choix de l’exil qui le conduit, dès 1909, dans la région lensoise. Il y exerce comme houilleur pour la Compagnie des mines de Courrières et se syndique à la CGT. En 1922, il obtient la nationalité française ; ce qui lui offre la possibilité de militer au grand jour. Un an plus

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

UN SIECLE D’IMMIGRATION POLONAISE Une histoire ouvrière

Novembre 1918. La Pologne recouvre son indépendance après 123 années d’occupation. Incapable de mener à terme la réforme agraire tant espérée, le pays, confronté au surpeuplement des campagnes, s’enfonce dans la misère. La petite paysannerie est contrainte à l’émigration vécue comme une « honte » par une (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :