30e anniversaire de la destruction de la RDA

Avec l’historien Nicolas Offenstadt

Balade au cœur du « pays disparu »

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 15 novembre 2019 à 18:44

Le 9 novembre dernier, l’Occident célébrait le 30 e anniversaire de la « chute du Mur de Berlin », qui a consacré la restauration du capitalisme en République démocratique allemande (RDA). Un pays décrié par ses contempteurs pour son « manque de liberté » , mais loué par ses contemporains pour le plein emploi qu’il assurait, l’émancipation des femmes, l’accès à la culture et aux sports, l’égalité salariale et la démocratisation de l’université qu’il favorisait. Ou encore l’esprit pacifiste et antifasciste qui l’animait. Dans Urbex RDA [1] ,l’historien Nicolas Offenstadt nous emmène dans les coulisses du « pays disparu  » auquel il avait déjà consacré un récit, l’an dernier [2] . L’universitaire a choisi l’« exploration urbaine » comme méthode d’investigation. Depuis 2012, il a ainsi, de façon non autorisée, visité pas moins de 250 lieux interdits au public et liés au passé socialiste de l’Allemagne de l’Est. Des usines, des gares, des centres culturels, mais aussi des coopératives, des abattoirs, des palais... Des sites laissés à l’abandon, riches en archives, photos ou objets qui témoignent de la vitalité et de l’orientation idéologique d’un État avalé par son puissant voisin de l’Ouest en 1990. Dans Urbex RDA , un ouvrage abondamment illustré par ses soins, l’auteur « fait parler les ruines » à travers 75 thèmes choisis « dans un souci de variété géographique, typologique et interprétative ». Comme un voyage au cœur de l’ex-RDA de nature à nourrir le débat sur la réunification...

Vous êtes un médiéviste, spécialiste en outre de la Grande Guerre, pour quelles raisons vous intéresser à la RDA ?

Comme historien de la Grande Guerre, j’ai été très intéressé par la manière dont la RDA avait construit et mémorialisé le conflit, car pour beaucoup de ses fondateurs (Wilhelm Pieck, Walter Ulbricht, Otto Grotewohl), la Grande Guerre a été une expérience de jeunesse décisive. Certaines figures de la guerre, comme les marins fusillés en 1917, sont des icônes très importantes du grand récit de la RDA. Enfin j’ai beauc

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Urbex RDA , par Nicolas Offenstadt. Albin Michel. 2019.

[2Le pays disparu : sur les traces de la RDA, par Nicolas Offenstadt. Stock. 2018.

Ces articles peuvent vous interesser :

Martha Desrumaux Une campagne nationale

Qui aurait pu croire que Martha Desrumaux, aurait un jour à son nom un espace public à Paris et un collège à Lille ? De 1897 à 1982, elle connaît les souffrances, les angoisses, la répression et aussi les espoirs des femmes engagées dans la CGT et au Parti communiste. Retour sur le parcours de cette (...)

A la Une :

Lire aussi :