Pologne

Le centenaire d’une indépendance recouvrée

par Jacques Kmieciak
Publié le 23 novembre 2018 à 11:39 | Mise à jour le 24 novembre 2018

Le 11 novembre dernier à Varsovie, les « nationaux-catholiques » du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir et les phalangistes de l’ultra droite célébraient, dans le même cortège, le centenaire de l’indépendance de la Pologne. Le 11 novembre 1918, après cent vingt-trois ans d’occupation, la Pologne renaissait enfin de ses cendres. L’historien Bruno Drweski revient sur un enfantement douloureux.

En 1918, dans les milieux polonais, la revendication de l’indépendance allait-elle de soi ?
En 1918, la revendication du droit à l’autodétermination était générale. Tous les partis polonais, et même les juifs de Pologne, mais de façon moindre, étaient pour la création d’une entité polonaise. Cependant la forme qu’elle devait prendre et les relations que la Pologne devait entretenir avec les États voisins restaient souvent floues car toute l’Europe située entre l’Allemagne et la Russie était alors en plein bouleversement. Personne alors ne pouvait savoir ce qui allait

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Mots clés :

Pologne Europe

Ces articles peuvent vous interesser :

UN SIECLE D’IMMIGRATION POLONAISE Une histoire ouvrière

Novembre 1918. La Pologne recouvre son indépendance après 123 années d’occupation. Incapable de mener à terme la réforme agraire tant espérée, le pays, confronté au surpeuplement des campagnes, s’enfonce dans la misère. La petite paysannerie est contrainte à l’émigration vécue comme une « honte » par une (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :