À Gauchin-le-Gal, son village natal du Pas-de-Calais

Un hommage enfin rendu à Julien Hapiot

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 14 septembre 2018 | Mise à jour le 16 novembre 2018

Julien Hapiot devrait prochainement être honoré dans sa commune natale de Gauchin-le-Gal, dans le Bruaysis. Une plaque rappellera l’engagement de ce militant communiste qui combattit le fascisme en Espagne puis l’occupant nazi en France.

Figure majeure de la grève des mineurs de Mai-Juin 1941, Julien Hapiot a été fusillé à Arras le 13 septembre 1943. Il n’avait que 29 ans. Le mérite de cette commémoration revient à Pierre-Henri Deleau. Acteur et producteur de cinéma, aujourd’hui parisien, il a vécu jusqu’à l’âge de 23 ans dans le village de Gauchin-le-Gal, près de Bruay-la-Buissière, où Julien Hapiot a vu le jour en 1913.

Il aurait pu rester chez lui à jouer à la belote, il a préféré s’engager contre l’occupant au sein de l’Organisation spéciale fondée par le PCF, puis des FTP.

L’homme de cinéma découvre l’existence du militant communiste « au hasard

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :