Journée nationale du souvenir de la Déportation

Une 75ème commémoration face au virus

Publié le 24 avril 2020 à 11:40

Dimanche 26 avril, dans toutes les communes de la région, des manifestations devaient avoir lieu pour la commémoration du 75ème anniversaire de la libération des camps. Toute l’organisation des célébrations autour de la journée nationale du souvenir de la Déportation est entravée par les mesures sanitaires prises dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

Le Comité [1] d’entente des associations issues de la Résistance, de la Déportation et de l’Internement en Nord Pas De Calais (CERDI 59/62) a écrit aux préfets pour leur demander que puisse se dérouler au moins symboliquement des cérémonies célébrant le 75ème anniversaire des camps de la Mort, dimanche 26 avril 2020. « Le risque étant que cette journée passe inaperçue et en particulier le message délivré nationalement par les Fédérations et les amicales nationales des déportés et leurs familles lu habituellement le jour de la cérémonie » souligne Pierre Chéret, président du comité, dans son courrier. « Nous comprenons aisément que les manifestations ne puissent se dérouler comme d’habitude avec les mesures de confinement et de sécurité » indique-t-il, tout en suggérant, « comme l’a fait le Maire d’Arras pour les soldats de la carrière Wellington et de ce que fera la ministre des anciens combattants sur les différents lieux de commémoration le 26 Avril, d’autoriser un élu, accompagné d’une ou de deux personnes membres des associations issues de la Résistance et de la Déportation ou du monde combattant de venir se recueillir face aux stèles où les noms de nos déportés sont inscrits ». Il propose aussi que le message (à lire sur notre site)

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Le Comité est composé de l’ANACR 59/62, AMEJD 5962, AFMD DT59, CVR 62, FNDIRP 59/62, FNDIR/UNADIF 5962, l’Amicale des déportés du train de Loos et l’association Souvenirs de la Résistance et des Fusillés du Fort de Bondues.

Ces articles peuvent vous interesser :

Témoignage Dépistage : entre principes et réalité

Une lectrice atteinte du Covid-19 nous a fait part de son désarroi face à la difficulté de se faire dépister, en plein cœur de la métropole lilloise, au milieu du mois de mai. Elle nous explique pourquoi elle a finalement dû y renoncer, malgré l’importance des tests pour endiguer l’épidémie alors que le (...)

Ô mon scrutin ! (air connu)

C’est le plus beau des scrutins. Le Conseil d’État a néanmoins demandé lundi au Conseil constitutionnel de se pencher sur son cas via une question prioritaire de constitutionnalité - dire QPC pour faire court et instruit -. La loi d’urgence du 23 mars qui assume le premier tour et engage sur le report (...)

Serrons-nous les coudes

Distanciation sociale ? Distanciation sociale ? Est-ce que j’ai une tronche de distanciation sociale ? Non mais pour qui me prenez-vous ? C’est vrai ça, un peu quand même, déjà qu’on nous oblige à tenir la distance, et là en plus c’est physique, il ne faudrait pas en plus qu’on prenne nos distances (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :