BONNES FÊTES ET BONNES GRÈVES

par FRANCK JAKUBEK
Publié le 27 décembre 2019 à 10:33

Personne n’est heureux de devoir faire grève. Au moins faisons-le dans la joie. Pour nombre de salariés, les fêtes auront le goût des luttes. Et les restrictions commencent. Les premières fiches de paie sont tombées. Que les adorateurs de la réforme se rassurent. Les salaires sont bien amputés des jours de grève pour ceux qui sont dans le mouvement depuis plus d’un mois maintenant.

Les caisses de solidarité sont ouvertes. Renseignez-vous auprès de vos délégués syndicaux avant de donner. Parlez-en autour de vous, en famille, avec les ami(e)s. Autour de la dinde de Noël, les débats ont continué. Et il faut refuser la résignation, sortir les proches de l’apathie. 78 % des Français sont contre la réforme des retraites et pourtant, 2 % manifestent. Le prochain rendez-vous du 9 janvier doit être spectaculaire, festi

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Les Experts en grève

Comme dans la célèbre série américaine, il existe une police scientifique en France, la PTS, Police technique et scientifique. Mercredi, quelques centaines d’entre eux ont manifesté entre l’Assemblée nationale et la place Saint-Augustin, à Paris, en passant par le Louvre, à l’appel du Syndicat national (...)

Retraites Le courant passe grâce à la CGT

S’il n’y a pas de bouton pour appeler à la grève générale, contrairement à certaines croyances, il y a un bouton pour une coupure générale. C’est la question souvent posée aux grévistes de la centrale nucléaire de Gravelines (59). Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est venu apporter son (...)

La retraite parlons-en !

Le plus long mouvement social de l’histoire du mouvement ouvrier est une œuvre d’En Marche. Emmanuel Macron restera dans l’histoire pour cette prouesse. Pas pour ses performances artistiques c’est clair. La comédie mal jouée devant les autorités israéliennes à Jérusalem nous ridiculise aux yeux des (...)

A la Une :

Lire aussi :